lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

18.08.11

Ofuda du Japon, expo


Les Ofuda, exposition au musée Guimet, Paris

http://www.guimet.fr/

 

 E_5_a_12http://www.guimet.fr/Ofuda-Images-gravees-des-temples

mini-site de l’exposition : http://www.guimet.fr/ofuda/

jusqu’au 12/09/2011

Les ofudas apparaissent aux XIIe et XIIIe s. Au Japon les temples boudhistes et les sanctuaires shinto distribuent des feuilles calligraphiées au pinceau ou gravées sur des planches de bois ou de cuivre.Ce sont les ofudas. Parfois on y voit le portrait du Vénérable principal du temple. Leur usage est dévotionnel ou prophylactique, ils protègent leur détenteur. Ainsi les temples offrent aux visiteurs des sortes de certificats de passage. Les collectionner accumule les mérites.

 

L’exposition adopte un classement méthodique par catégorie d’êtres suprêmes.

 

1) Le Boudha, ses incarnations passées et futures

 

Le mot «boudha» signifie «éveillé». Boudha est le surnom donné à un philosophe qui vécut en Inde, un fils de roi dont le nom véritable était Sakyamuni. Il rencontra un vieillard, un malade, et un mort qui lui firent découvrir la force de la souffrance et la vanité des plaisirs terrestres. A force de méditer, il se détache du cycle de la vie et de la mort, il devient vraiment l’Eveillé, un «dieu plus grand que les dieux» car ceux-ci, pour les Japonais, ne sont éternels. Boudha est le vainqueur de la mort. En - 478 il quitte le cycle des renaissances et entre dans l’état bienheureux du nirvana. Avant sa forme de Sakyamuni, il s’était déjà incarné six fois et l’on dit qu’une nouvelle incarnation est encore à venir. Le Boudha connaît l’origine de la souffrance (elle se trouve en nous) ne désespère jamais de sauver les êtres.

 

Quelques images pieuses :

- Un ofuda montre l’image de Boudha sur une fleur de lotus.

- Le Boudha Amida. En 1082, dans un temple, la statue du boudha Amida descendit de son socle, fit quelques pas et interpella un des disciples qui tournait : «eh, Yokan, tu traînes !".

- Le Boudha après son Parfait Eveil.

- Le Boudha allongé sur le côté, sur le point d’entrer au Nirvana.

 

2) Les bodhisattvas

Ils sont au bord de l’Eveil qu’ils obtiendront un jour à coup sûr mais ils restent encore un peu dans notre monde pour nous aider à avancer. Ce sont des altruistes. Ils sont des bienfaisants car ils murissent les êtres non encore mûrs et délivrent les êtres déjà mûrs. Ils incarnent des vertus.

Quelques exemples.

- Le bodhisatva Jizo qui console et guide en notre époque sombre.

- Jizo à la face de chat.

- Kozuko dispense la sapience et la félicité avec une grande compassion. Il enseigne une formule qui dispense une grande mémoire.

- Kannon à la robe blanche : elle est enceinte. De manière générale, elle s'occupe beaucoup des enfantements.

- Kanon "au lacet infaillible" : elle attrape les gens au lasso pour les sauver.

- Nanda, le roi-dragon.

 

2) Le pélerinage des 33 lieux saints des provinces de l’ouest.

Il est consacré à Kannon et à sa compassion. Il y en a trente-trois incarnations et donc trente-trois temples. 

- J’ai surtout apprécié le temple deYoshimine-dera qui protège contre les lumbagos. Il y a aussi le temple de Juichimen-senju où l’on vénère Kannon et qui apporte de la réussite aux examens -ou aux élections).

- La légende de Takenouchi Sukumo qui obtient une longévité de trois cent ans.

- On vénère également une image de Kannon qui lévite au-dessus de son piédestal.

Un diaporama montre de superbes images de ces 33 temples, leurs bâtiments, leurs jardins, les fidèles qui se pressent. Tout cela sur fond de feuillages d’automne, de laque rouge.

 

3) Les rois de science

Ils détiennent un pouvoir sur la réalité. Il s’agît de la personnification du pouvoir contenu dans les formules magiques. Parfois ils prennent le visage d’un homme courroucé parce qu’il veut combattre les forces néfastes en nous-mêmes. Ils représentent l’effort, l’écrasement des obstacles.

 

4) La catégorie des dieux.

Ils sont une grande longévité grace à leur karma. Ils sont néanmoins engagés dans le cycle des transmigrations. Ils ne détiennent pas l’éternité, ils ne sont pas déjà arrivés au nirvana. mais leur capital de mérites est si vaste qu’ils nous en font profiter. Les prier permet de recevoir un coup de main appréciable. Ce sont des protecteurs.

- Par exemple, la déesse Benzai-ten joue du luth parce qu’elle incarne les murmures harmonieux de la lumière divine.

- Le dieu Daikoku-ten, représenté sur l’affiche de l’exposition, est le Grand Noir du type «au sac et aux balles de riz». Il tient une bourse et un maillet, il incarne la richesse.

 

5) La catégorie des «apparitions circonstancielles».

Les Kami sont les divinités traditionnelles du Japon. Vous verrez dans un instant comment ils nous renseignent sur la vie économique de l’archipel. Leur religion est le shinto qui n’utilisait pas les images. Avec l’installation du boudhisme, il y eut quelques conflits religieux mais bien vite l’osmose se forma. Les Kami deviennent les apparitions circonstancielles des boudhas et des bodhisatvas.

- Ebisu, divinité de la mer, de la pêche et du commerce. C’est l’une des rares divinités autochtones du Japon car en général ces dieux viennent de Chine et d’Inde. Ses attributs sont une canne à pêche et une grosse dorade.

- Inari, dieu du riz.

- Konpira, protecteur des marins.

- Memyo-bosatsu, divinité de la culture des vers à soie.

- Shomen-Kongo écrase les vers qui se cachent en nous et veulent monter au ciel pour dénoncer nos défauts.

 

6) La catégorie des religieux éminents et des patriarches.

Selon les cas il s’agit de personnages historiques ou légendaires.

-Daruma : le moine indien dont les jambes auraient fondu durant les neuf années qu’il consacra à la méditation assise. Il est représenté sous la forme d’un petit cul-de-jatte à la robe rouge, une sorte de boule à visage humain. Il incarne la persévérance.

- Shinran-Shonin, fondateur de la «Secte véritable de la Terre pure».

- Ganzan-Daishi, le moine Ryogen qui avait des sourcils si épais qu’ils jaillissaient comme des cornes.

neko_jizo_portail

Lire :

l’iconographie du bouddhisme japonais : http://ofuda.crcao.fr/docs/BF-iconographie.pdf

Base des ofudas de Bernard Frank : http://ofuda.crcao.fr/home.php?coll=1&rechcat=&catIDcoll=C

 


Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)