lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

15.09.12

Les soviets 1917

Appel du Soviet de Pétrograd le 27 février 1917

"L'ancien régime a conduit le pays à la ruine et la population à la famine. Il était impossible de la supporter plus longtemps et les habitants de Pétrograd sont sortis dans les rues pour dire leur mécontentement. Ils ont été reçus à coups de fusil. Au lieu de pain, ils ont reçu du plomb, les ministres du Tsar leur ont donné du plomb.

Mais les soldats n'ont pas voulu agir contre le peuple et ils se sont tournés contre le gouvernement. Ensemble, ils ont saisi les arsenaux, les fusils et d'importants organes du pouvoir.

Le combat continue et doit être mené à sa fin. Le vieux pouvoir doit être vaincu pour laisser sa place à un gouvernement populaire. Il y va du salut de la Russie.

Afin de gagner ce combat pour la démocratie, le peuple doit créer ses propres organes de gouvernement. Hier, le 27 février, s'est formé un soviet de députés ouvriers composé de représentants des usines, des ateliers, des partis et organisations démocratiques et socialistes. Le Soviet, installé à la douma s'est fixé comme tâche essentielle d'organiser les forces populaires et de combattre pour la consolidation de la liberté politique et du gouvernement populaire.

Le Soviet a nommé des commissaires pour établir l'autorité populaire dans les quartiers de la capitale. Nous invitons la population tout entière à se rallier immédiatement au Soviet, à organiser des comités locaux dans les quartiers et à prendre entre ses mains la conduite des affaires locales.

Tous ensemble, avec nos forces unies, nous vaincrons pour balayer complètement le vieux gouvernement et pour réunir une Assemblée constituante sur la base du suffrage universel, égal, secret et direct."

FERRO, Marc, "La révolution russe de 1917", Paris, Flammarion, éd. 1967, p. 96.

Prikaze numéro 1 (1er mars 1917) du Soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd

"A la garnison de la région de Petrograd. A tous les soldats de la garde, de l'armée, de l'artillerie et de la flotte, aux fins d'exécution immédiate et rigoureuse, et aux ouvriers de Petrograd, à titre d'information.

Le Soviet de députés ouvriers et soldats décide :

1) Dans toutes les compagnies, dans les bataillons, régiments, batteries, escadrons et administrations militaires de toute sorte, et à bord des bâtiments de la flotte de guerre, on choisira immédiatement, par voie d'élection, un comité de représentants parmi les simples soldats des unités militaires ci-dessus indiquées.
2) Dans toutes les unités militaires qui n'ont pas encore choisi leurs représentants au Soviet de députés ouvriers, on élira un représentant par compagnie qui, porteur de certificats écrits, se présentera à la Douma d'État le 2 mars courant, à 10 heures du matin.
3) Dans tous ses actes politiques, l'unité militaire obéit au Soviet de députés ouvriers et soldats, et à ses comités.
4) Les ordres de la Commission militaire de la Douma d'État ne doivent être exécutés que dans les cas où ils ne seront pas en contradiction avec les ordres et les décisions du Soviet de députés ouvriers et soldats.
5) Les armes de tout genre telles que : fusils, mitrailleuses, automobiles blindées, etc. doivent se trouver à la disposition et sous le contrôle des comités de compagnie et de bataillon, et ne seront en aucun cas délivrées aux officiers, même s'ils en faisaient sommation.
6) Dans le rang et pendant le service, les soldats doivent observer la plus stricte discipline militaire; mais en dehors du service et du rang, dans leur vie politique, civique et privée, les soldats ne sauraient être lésés dans les droits dont jouissent tous les citoyens. Notamment le garde-à-vous au passage d'un supérieur et le salut militaire obligatoire sont abolis, hors service.
7) De même sont supprimées les formules décernées aux officiers : Votre Excellence, Votre Noblesse, etc.; elles sont remplacées par : monsieur le général, monsieur le colonel, etc.
Les mauvais traitements de gradés de toute sorte à l'égard des soldats, et notamment le tutoiement, sont interdits; toutes les infractions au présent ordre, ainsi que tous les malentendus dus entre officiers et soldats, ces derniers sont tenus de les porter à la connaissance des comités de compagnie.

Donner lecture de cet ordre dans toutes les compagnies, bataillons, régiments, équipages, batteries et autres services armés et auxiliaires.

LE SOVIET DES DÉPUTÉS OUVRIERS ET SOLDATS DE PETROGRAD"

Cité dans FERRO, Marc, "La révolution russe de 1917", Flammarion, 1967

 

- L'URSS 1917-1991 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)