lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

05.07.12

Carnets d’Orient, BD sur l'Algérie

Conférence de Jacques Ferrandez.
Auteur d’une bande dessinée sur l’Algérie aux éditions Casterman : Carnets d’Orient.

http://bd.casterman.com/albums_detail.cfm?Id=40613
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Ferrandez

afficheexpoAlgerie

La conférence a lieu au Musée de l’armée aux Invalides, Paris. Trois personnes prennent la parole : l’auteur de la BD, un colonel du musée et un historien. Au même endroit se tient une exposition liée à cette BD : ALGERIE, 1830-1962, avec Jacques Ferrandez.
EXPOSITION TEMPORAIRE DU 16 MAI au 29 JUILLET 2012
http://www.invalides.org/ExpositionAlgerie/

 Carnets d’Orient.

Il s’agit d’un cycle de plusieurs albums de BD décrivant une famille de Pieds-Noirs de 1830 à 1962.

Ces albums présentent un intérêt pédagogique. L’auteur est souvent invité à parler dans les établissements scolaires. Ces  albums peuvent être commandés par les CDI. Ils introduisent cette période délicate plus efficacement que les cours d’histoire. Ils peuvent calmer la concurrence violente des mémoires communautaires chez les élèves.
Il existe une version pour enfants : « Des hommes dans la guerre d’Algérie ». Elle mélange les planches du dessinateur et des documents d’époque.

La famille de l’auteur a vécu pendant plusieurs générations à Alger, rue de Lyon. Elle était voisine de la mère d’Albert Camus qui habitait quelques numéros plus loin.

L’artiste a été influencé par les peintres orientalistes. C’est une belle peinture qui veut témoigner. Voir Horace Vernet (1789-1863) et son tableau  sur la Prise de la smalah d'Abd-el-Kader. En même temps, cette peinture participe au projet colonialiste parce qu’elle contribue à développer le décalage entre le rêve colonial et les réalités. Un exemple, dans la peinture colonialiste on montre beaucoup de femmes dévêtues alors qu’en réalité ce n’était pas le cas, on s’en doute. On retrouve ce même folklore dans les cartes postales d’autrefois.

Cette période est remplie de paradoxes. D’anciens communards, en principe socialistes ou anarchistes, partent en Algérie après 1870 et deviennent des colons. Les plus fervents colonialistes appartenaient à la gauche républicaine. Plus d’anciens résistants antinazis et antipétainistes, qui ont subi la torture en 1940-1944, la pratiqueront en Algérie.

Face à la pression des mémoires communautaires, passionnées, incapables de sortir de leurs souffrances, il  fallait dépassionner. L’auteur a fait un gros travail de documentation et de lecture pour coller au plus près de la réalité historique.

La BG évoque des faits réels tels que l’insurrection du 13 mai 1958, le FLN qui ordonne de couper les nez des « traitres », et des personnages célèbres comme Delacroix, Isabelle Eberhardt, Léon Roches officier et diplomate qui connut Bugeaud et Abd-el-Kader, les écrivains Erckmann-Chatrian, De Gaulle… Une page représente la conférence de presse du général De Gaulle sur l’autodétermination.

L’expo ALGERIE, 1830-1962, avec Jacques Ferrandez
EXPOSITION TEMPORAIRE DU 16 MAI au 29 JUILLET 2012
http://www.invalides.org/ExpositionAlgerie/

L’exposition raconte non pas la Guerre d’Algérie d’une manière exhaustive, ce qui serait trop ambitieux,  mais l’histoire de la présence militaire de la France en Algérie, ce qui est plus facile à traiter. Pour éviter les polémiques : s’accrocher aux faits militaires.
Evolution des uniformes aux couleurs du Sud.
Peintures d’Horace Vernet ; ce sont des tableaux de commande.
Photos de routes, de bâtiments, nombreux journaux de militaires.
Documents sur les Bureaux arabes et les Saint-Simoniens.

Interventions orales de la salle

- Mon papa était militaire à Sétif en 1945. On accuse les militaires d’avoir fait un massacre mais on oublie de dire que les Algériens avaient fait un massacre aussi. Intervention très (trop ?) affective d’une femme pour son papa. Difficulté de dépasser le cas personnel pour objectiver.
- Où est la plaque de Sidi Ferruch célébrant le débarquement de 1830 et décrochée lors du départ des Français en 1962 ?
- Les militaires n’ont pas laissé tomber les harkis, dit un témoin. Réponse du colonel : les autorités gouvernementales ne se sont pas préoccupées des harkis mais parmi les militaires il y eut des comportements très divers.
- Peut-on parler d’une guerre civile, demande une personne. Réponse du colonel : oui, c’est un ensemble de guerres civiles entre Français, entre Algériens etc. Ce n’est qu’en 1999 que la France, par la voix du président J. Chirac, a officiellement reconnu qu’il s’agissait d’une vraie guerre et non « d’évènements ».

Les albums de Jacques Ferrandez  ont reçu un bon accueil en Algérie. Les gens en ont assez de l’histoire officielle que racontent les manuels scolaires et la classe politique. Mais il y a encore des vérités historiques difficiles à accepter par les autorités, comme les nez coupés par le FLN. Il est question d’éditer ses BD avec une formule à bon marché et une traduction en arabe.

Il a pour projet de continuer cette série, en parlant de la période post 1962, en particulier de la guerre civile algérienne des années 1990 entre l’armée et les fanatiques religieux. Car il y a des liens entre la guerre franco-algérienne de &954-1962 et les évènements algéro-algériens plus récents.
Il travaille aussi sur la mise en BD de l’Etranger de Camus ; cela devrait paraître en 2013.


Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)