lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

16.06.12

La Petite Venise

La petite Venise

Film sorti en 2012.
Réalisé par Andrea Segre

La Petite Venise décrit les rapports entre immigrés - Chinois surtout – et Italiens.

Shun Li est quasiment la propriété d’un réseau de la mafia chinoise. Elle se trouve à Rome où elle travailler en usine jusqu’à ce que ses patrons décident qu’elle aura suffisamment rapporté et fassent venir son fils de huit ans qui vit encore en Chine avec le grand-père.

affichepetite venise

Puis les patrons la transfèrent à Venise où elle tient un petit café. Elle attend la fin de son « contrat » et écrit à son enfant. Des rapports cordiaux se nouent entre elle et les clients, pour la plupart de vieux pêcheurs à la retraite. Au départ ils ne sont pas hostiles, simplement très étonnés par sa façon de cuisiner les crevettes, par sa langue, par son étrangeté. Cette cordialité est bien émouvante. Elle sympathise avec un vieil homme d’origine yougoslave. De tendres rapports d’amitié se nouent. Il aime à réciter des vers de mirliton tandis qu’elle vénère le poète chinois Qu Yuan à qui elle rend un culte. Il lui montre sa barque et sa cabane de pêcheur. Elle a enfin un ami à qui se confier.

Hélas, les choses se gâtent. Manipulés par un adjoint au maire et par un avocat, les pêcheurs deviennent xénophobes et agressifs. Le tournant survient chez le coiffeur du quartier lorsque l’un d’entre eux tient des propos superficiels sur la situation économique et le prétendu « péril jaune ». Il récite des idées qui ne sont pas de lui, des idées que les diplômés lui ont soufflées.
De son côté, la mafia chinoise ne veut pas que cette idylle provoque des remous qui entraveraient son business.
Au fond, ce bel amour met mal à l’aise tout le monde. Si le vieil homme avait fréquenté une prostituée, tous seraient plus à l’aise. Il y aurait moins de risque. L’amour dérange.

C’est un film sur la tendresse et sur la xénophobie. Il montre le rôle ambiguë de la culture : la poésie embellit l’existence mais les diplômes servent à conquérir du prestige parfois à manipuler ceux qui en sont dépourvus.

On se souviendra des étendues laiteuses de l’eau et des mouvements lents d’une jeune chinoise, la voisine de chambre de notre barmaid, qui pratique sur le sable gris la gymnastique de son pays. C’est là qu’elle réalise qu’elle est prisonnière, comme l’eau de la lagune qui difficilement peut rejoindre la mer.

Bien entendu, il y a aussi des vues de la Venise historique.

- cinéma - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)