lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

23.02.12

Louis Le Roy dit Régius

 Louis Le Roy dit Régius  

module de 2de

  

Titre du livre : « Des troubles et différents advenans entres les hommes par la diversité des Religions, ensemble du commencement, progrez et excellence de la Chrestienne »,

Date : 1568

L’auteur : C’est un philosophe français vivant à l’époque des Guerres de Religion. Louis Le Roy, dit Regius (1510- 1577), contribua au renouveau de la langue française et à la diffusion des grands auteurs classiques. Savant helléniste et latiniste, il écrit des traductions qui méritent d'être conservées à cause de leur exactitude. Il traduit ainsi Platon, Démosthène et Aristote et écrit plusieurs livres sur la philosophie, la politique et la religion. Cet écrivain est de ceux qui, au milieu du XVIe siècle, ont donné du nombre et de l'harmonie à la prose française.

Extraits traduits en Français actuel

1)  « L’homme est créé à l’image de Dieu. Prince de ce monde inférieur, parmi tous les animaux dispersés dans l’univers, il se trouve le seul à être religieux, grâce à l’esprit immortel qui lui vient du ciel, et par la divinité, dont il est fait participant avec grand avantage et privilège par rapport aux autres animaux. Il n’y eut jamais nation au monde, aussi ignorante, barbare ou cruelle qu’elle fut, qui n’ait eu et n’ait quelque forme de religion, fondée sur la Providence divine gouvernant toutes choses et sur l’immortalité de l’âme pour le futur. »

2)  « Mais comme les hommes se sont multipliés infiniment sur la face de la terre habitable, tant spacieuse en longueur et largeur, et comme ils sont éparpillés par l’un et l’autre hémisphère en des lieux fort différents, tant vers le nord et le sud que l’Orient et l’Occident, comme ils sont divisés par de grandes mers, des montagnes inaccessibles, des forêts inhabitées et des déserts sablonneux, ils ne peuvent pas se comprendre ni communiquer ensemble, ils n’ont encore pas pu avoir cette chance, de vivre tous en la même religion sous un Dieu et un pasteur, en un troupeau et une foi, comme il est promis en l’Evangile, et ils ont reçus plusieurs lois qu’ils pensent divines. »

3)  « Tous tendent au même but, les uns par la vraie voie, d’autres par de fausses voies : ils reconnaissent Dieu comme leur Père commun et auteur de tous biens, ils invoquent Sa grâce et implorent de Lui ce qu’Il sait dont ils ont besoin, de ne faire tort ou offense à autrui. Toutefois, à cause de cette diversité, ils perdent toute humanité et transforment l’amour tant recommandé par toutes les religions, en une haine plus que mortelle »

4)  « C’est pour Dieu, que chacun adore de la meilleure manière, que leur vient cette envie de haine si terrible. Ils disent ne chercher que lui dans leurs différentes cérémonies et prières. Ils disent n’appeler que lui en divers noms, n’espérer le bien que par Sa grâce, n’attendre salut et bonheur céleste que par sa miséricorde.

Dieu peut, quand il lui plaira, transformer tout le monde d’une manière, par laquelle il sera adoré de tous en concorde, en apaisant les oppositions, et faisant cesser tant de guerres et cruautés qui viennent de la diversité des religions ».

5)  « La nature des hommes est telle, qu’ils tiennent les vieilles habitudes pour naturelles et ils les défendent comme des vérités.

 Cela arrive principalement quand il est question de moeurs ou de religion : ce sont des choses qui chez les peuples ne changent jamais sans grandes difficultés. »

6)  « Le meilleur remède pour tenir entièrement le genre humain en bonne entente durable, serait qu’il y ait en toute la terre habitable qu’une foi, et un règne ressemblant au divin, où le Prince, comme l’écrit Platon dans La Politique, à l’exemple de Dieu, aimerait également toutes les nations, les entretenant par de bonnes lois, jugements, ordre, paix, commerces assurés, communication et abondance de biens ».

7)  « Comme en l’univers plusieurs mouvements différents sont entretenus par le mouvement céleste [...]. Etant donné la portée et les possibilités humaines, cette unité n’est pas possible universellement, mais il faut qu’il y ait dans chaque société un Chef qui s’occupe du bien commun et de conserver l’unité. Autrement, le pays divisé en bandes, ne pouvant faire en sorte que les actions des habitants aient de bons résultats, ce pays deviendrait vite impuissant, en décadence et en ruines. »

 

Travail en module

Réécrire avec vos mots la biographie de l’auteur. Ou : faire une recherche internet sur la biographie de l’auteur.

Contexte historique

Voir une frise historique dans le manuel. Ou : faire une recherche sur internet.

Nous sommes alors en 1568. Les Guerres de religion entre catholiques et protestants français ont commencé en 1561. Il y a eu quelques tentatives de rapprochement comme en 1562, mais elles n’ont pas duré.

Résumé

3 grands thèmes : la guerre, la religion, la nécessité de l’Etat royal.

L’homme est l’image de Dieu. C’est une créature supérieure : il a une religion, une âme immortelle.

L’auteur constate une division entre Français mais il la reporte sur le passé : la guerre serait une loi historique. Les hommes sont divisés depuis l’effondrement de la Tour de Babel (mythe biblique). Il y a des civilisations différentes, plusieurs religions.

Toutes les religions ont le même but – Dieu – et pourtant elles se déchirent.

Dieu pourrait pacifier le monde (s’il le voulait…. hum hum).

Questions

- Montrez que l’auteur est croyant. Donnez des exemples (citations courtes).

- Quelle différence fondamentale sépare l’homme de la bête ?

- Montrez que l’auteur est humaniste. Donnez des exemples (citations courtes). Comparez-le avec d’autres humanistes de cette époque (voir le manuel ou le cours).

- Peut-on expliquer ses idées par le contexte historique ? Répondez par des arguments.

- Pourquoi selon l’auteur (et selon vous) il y a-t-il des différences entre humains dans la façon de vivre et de penser ? Quelles en sont les causes ?

- Que propose-t-il pour faire cesser les guerres ? Comparer les paragraphes 6 et 7.

- Critique possible du texte.

Faut-il vraiment être optimiste comme l’auteur ? Tous les hommes ne sont pas croyants. L’Etat doit-il être renforcé ? L’Etat peut devenir répressif ou guerrier (cf Napoléon 1er, Hitler etc.) L’Etat royal n’était pas démocratique.

- Ce texte est-il encore actuel ? A quel pays ou à quel conflit vous fait-il penser ? Avez-vous des propositions pour faire cesser les guerres ?


Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)