lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

07.01.12

Félix Ziem peint l'Orient



Félix Ziem

Voyages, impressions et paradoxes.



 AFF_ZIEM_4060_site

Exposition à Beaune, au musée des Beaux Arts.

Porte Marie de Bourgogne.

Du 18 novembre 2011 au 28 février 2012

www.beaune.fr

 

 



Ziem naquit à Beaune en 1821. On le décrit comme séducteur, brillant, fantasque, affabulateur, presque antipathique. Il cultivait le genre de l’artiste anticonformiste, romantique, mélancolique. Derrière ces poses théâtrales, il était doté d’un solide sens des affaires et cherchait à maîtriser la diffusion de ses œuvres. Il s’était lié aux marchands d’art. Il fréquentait artistes comme Corot, Degas, Renoir, Rodin, Rousseau, Théophile Gautier. On lui décerna plusieurs médailles.

A côté de cela, il éprouvait un amour sincère pour l’Orient et c’est pourquoi on lui pardonnera bien des aspects de sa personnalité.

En 1842 F. Ziem fait un grand voyage à Venise, en 1843-1844 on le retrouve en Russie, en 1847 il est à Constantinople-Istambul. En 1848 il voyage à Rome. En 1856 nouveau voyage pour Constantinople, la Turquie, le Liban, la Grèce, l’Egypte, la Sicile. En 1858 il explore l’Algérie.

Il s’habillait à l’orientale et parlait arabe. On sent chez lui une passion pour l’Autre. Ne dénigrons pas trop l’exotisme. Bien sûr, il réduit la personnalité d’autrui à des clichés mais au moins il y a un élan vers l’étranger, le voyage, l’aventure, la découverte.

 

Felix Ziem meurt très âgé en 1911.

 

« L’art est la langue universelle qui exprime la situation du cœur et de l’esprit humain. Il nous laisse des traces vivantes de tous ceux qui ont aimé et senti l’éternelle beauté ». Felix Ziem.

Animé d’une rage créatrice il peignit 5000 tableaux et réalisa 10 000 dessins. Peu de peintures sont datées. Lyrique. Attention portée aux variations du ciel.

Salle 1 : les paradoxes d’un homme : peintre bourgeois et bohême

Salle 2 : les lieux d’ancrage : la Bourgogne, le Sud de la France, Paris et sa région.

Salle 3 : les voyages, sources d’inspiration

Salle 4 : les paradoxes d’un style


Venise


Il utilise une palette chaude et ardente, haute en couleurs.

- Gondole devant le Palais des Doges : tout en rose

- Venise, le Môle : jaune-orange

- Venise, Palais des Doges, une fête

- Embarquement vers le Bucentaure sur la Place Saint Marc. 1868. Robes riches, palais roses.

- Venise, gondole sur le Grand Canal. Un compte-rendu précis des façades.

- Palais Franchetti à Venise. Des murs rouges, le blanc frappant des mâts des navires.

- Coucher de soleil à venise. Paisible, le soir tombe. Ici, pas d’esbrouffe.

 

Quelques tableaux tranchent heureusement avec cette magnifique orgie de couleurs.

- Le Jardin français à Venise. La lumière tombe sur la balustrade en pierre.

- Vue de Venise à la voile blanche. Un tableau rare dans l’œuvre de F. Ziem. Pour une fois, pas d’avalanche agressive de jaune ou de rose mais tout est peint en blanc crème, d’une façon très délicate, respectueuse, calme, sans prétention. Il y a souvent des aspects systématiques et lassants dans ses tableaux, pas ici.

 -Venise, la Salute. Reflets dans l’eau, blancheur.

- Venise, la rue des Consuls. Une ruelle sombre.


Diaporama de 20 mn sur Venise, à partir d’un carnet de croquis

Sur l’écran d’un ordinateur défient des croquis pris sur son journal de bord en 1872. Crayon, gouache, encre, mine de plomb.

Il note scrupuleusement la météo. « Jolie minute au soleil », « ciel indécis ».

Scènes de la vie urbaine : barques, marchés, rues.

Route de Fusina : voile bleue, femmes pagayant sur des barques ;

Un quai, des gens déchargent les marchandises transportées sur une barque.

Des gens qui marchent sur un quai. Arcades, des femmes aux jupes bleues.

Une femme en noir tenant un enfant dans ses bras.

Route de Mestre : « lumière d’argent ».

Course au Rialto. Temps gris mélangé de soleil.


Orient

 

Coupoles, minarets, Corne d’or, Sainte-Sophie. A Constantinople il peint le passé, les Croisades, les Janissaires mais avant tout la lumière. Exotisme

- Vue d’Istambul, la Suleymaniye. Cela ressemble aux tableaux de Claude Gellée que l’on peut admirer au Louvre. Au premier plan un port et des personnages sur le quai. Soleil couchant, ciel orange.

- Une fantasia sur les rives du Bosphore, les cavaliers courent sur la grève.

- Khartoum, coucher de soleil et palmiers.

- Caravane en route vers La Mekke. Chameaux, Nubiens.


Sud-Est de la France

 

- Chevaux sauvages en Camargue.

- Pêcheurs en Méditerranée. Ils poussent leur barque sur la plage. Un rose monotone.

- Baie de Villefranche. Eau bleue, rochers tout à fait rouges.

- Marseille, quai Saint-Jean. Une forêt de mats, l’Hôtel de Ville

- Marseille, Port de Marseille, coucher de soleil. Tout à fait dans le style de Claude Gellée.

- Lagune de Martigues : tableau horizontal, voiles blanches, pêcheurs

- Golfe d’Antibes 1901 : tout en bleu, coups de brosses rapides


Autres régions

 

- Dijon, vue des Perrières, vers 1842-1848. L’unique œuvre qu’il fit sur la Bourgogne. Une lumière tendre.

- La Seine à Billancourt, couleur sépia.

- L’avenue des Champs Elysées. Mouvements rapides avec les chevaux



Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)