lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

26.07.11

Enluminures en islam, expo

Exposition de la Bibliothèque de France.

Enluminures en islam

du 7 juillet 2011 au 25 septembre 2011

BNF site Richelieu 

 

Dommage que le ministère et l'inspection, influencés par FN, aient supprimé le cours sur la naissance de l'islam en 2de. Cela fait penser au régime de Vichy.

 

Voici un problème que nous rencontrions souvent dans nos cours : La figuration est-elle vraiment interdite dans l’art islamique ? Contrairement à ce que l’on dit, contrairement à ce que l’on enseigne, ce n’est pas si simple. La représentation figurée ne fait pas l’objet d’une interdiction précise dans le Coran. Les exemples sont nombreux d’œuvres artistiques avec des figurations humaines ou animales.

Chez les Arabes, ces représentations se limitent aux manuscrits scientifiques et médicaux, ou à quelques rares œuvres littéraires. Au contraire chez les Turcs et les Persans (mais aussi chez les Fatimides d’Egypte), elles sont très nombreuses. On les rencontre dans les recueils de fables, de poésies, dans les ouvrages historiques, voire même dans quelques livres religieux.

Cela dépend aussi de l’époque. Des mouvements de réaction peuvent succéder à des époques de liberté. Ainsi dans une œuvre de Djoveni, Histoire de la conquête du monde, qui date de Bagdad en 1290, les visages humains et animaux ont été tardivement grattés par des « bien-pensants ».

On constate avec amusement et surprise que même en Afghanistan, les figurations furent nombreuses.

 

Livres de médecine

- Chirurgie des Ikhans, Turquie 1466.

Un médecin cautérise une verrue.

- Un traité de chirurgie maghrébin du XVIe s, du médecin al Zahrâwi représente des instruments médicaux.

 

Traductions

·Dioscoride, De materia medica.

Traduction arabe. Fait en Espagne aux XIIe ou XIIIe s à partir d’une traduction faite à Bagdad au IXe s. L’ouvrage est une pharmacopée qui contient une liste de plantes. Ici on voit une pariétaire, une linéaire et du blé.

·Pseudo Galien, Livre de la thériaque.

Remèdes contre les morsures des serpents. Un médecin à cheval s’avance vers un jeune homme piqué par un serpent. Les personnages ont des visages entourés par des auréoles qui témoignent d’une influence byzantine, même si ici les auréoles n’ont pas de valeur religieuse.

Ouvrage réalisé en 1199.

 

Influences culturelles étrangères

Aucune civilisation ne peut vivre repliée sur elle-même, en écartant systématiquement ce qi vient de l’étranger. La civilisation arabe fut très ouverte.

-  Un Coran des IXe et Xe s. décoré avec des motifs qui font penser à l’Antiquité tardive (motifs végétaux).

-  L’Anatomie de Mansûr. Iran vers 1425.

Influencé par les manuscrits latins ?

- Souvent les recueils de fables animalières s’inspirent d’exemples indiens (fort commerce arabo-musulman dans l’Océan indien).

- Recueil de poèmes réalisé en Afghanistan vers 1480, format très allongé dit « à l’italienne ».

- Djoveni, Histoire de la conquête du monde, à Bagdad en 1290, influence de la peinture chinoise (de beaux bleus).

 

Histoires d’amour

De nombreuses scènes de séduction se déroulent dans des jardins fleuris, image du paradis terrestre répandue dans l’art musulman.

- Rencontre amoureuse entre la princesse Rudabeh et le prince Zal. Elle a de longs cheveux.

- Djumi, Asie Centrale, vers 1530. Ohfat al-ahran.

Description idyllique d’un moment agréable dans un jardin. Les participants sont assis sur des tapis, les boissons circulent, des musiciennes jouent de la harpe et du tambourin. Un peu à l’écart, des couples se livrent au jeu de la séduction.

- Chahi-Divân, recueil de poèmes, vers 1514.

L’amant, une coupe vide à la main, est aux pieds de sa belle, qu’il retient par son manteau. Debout, vêtue d’une robe jaune, la jeune fille ploie vers lui.

- Fazuli Baghdadi, Iran vers 1557.

La passion malheureuse entre Leïla et Majnun.

- Nezumi, Cinq poèmes, Turkménistan et Iran, 1619.

La princesse Shirin dénudée au pied d’un arbre est surprise par le roi.

 

img375

 

 

 

 

 

 



 

Thème de la belle chrétienne

- Le cheikh de Sana’an sous le balcon de la belle chrétienne et de ses suivantes. Kolliyât, Afghanistan vers 1526.

- Le cheikh de Sana’an s’évanouit devant le visage de la belle chrétienne. Ouzbékistan vers 1526.

 

Figures religieuses d’origine chrétienne

- Reyshaburi, Histoire des prophètes, Iran vers 1595.

Jésus et Marie (très souvent mentionnés dans le Coran) sont montrés dans le désert.

- La tolérance est relative. C’est ainsi que Fozuli, lorsqu’il montre Abraham soumis à l’épreuve du feu, peint Satan sous les traits d’un pope orthodoxe.

 

-  Evolution de la graphie arabe

L’écriture arabe telle que nous la connaissons n’a pas toujours existé. Au départ la civilisation arabe était surtout orale. Par la suite, après la conquête des provinces byzantines et perses, des besoins nouveaux sont apparus et cette langue s’est perfectionnée. Des signes ont été rajoutés au fur et à mesure des besoins. Cela peut compliquer l’interprétation du texte coranique.

·         Un Coran des IXe-Xe s. avec de petits points rouges pour la vocalisation.

·         Un Coran du Xe s. avec des signes diacritiques notés par de petits traits obliques et d’autres signes marqués en bleu, rouge…

·         Un beau coran maghrébin des XIIIe-XIVe s, avec des caractères d’or cernés de noir. La vocalisation utilise le bleu, l’or, le rouge.


 img377

 

Curiosités diverses

·         Un album en accordéon. Iran, XVIe S.

·         Ecriture « poussière », XVIIIe s.

·         Peinture très réaliste dans un manuscrit de 1538 originaire d’Ouzbékistan. Une vieille femme se plaint au sultan.

·         Rashid ad Din, Somme des histoires, Iran vers 1330.

Une illustration représente le tombeau de Ghazan à Tabriz. Elle est simple, avec des lignes beiges et bleues. Les briques orangées sont bien rendues.


Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)