lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

03.03.11

Les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest

Emmanuel Filhol

 

Un camp de concentration français

Les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest 1915-1919

 

Presses universitaires de Grenoble 2004

 

QUATRIEME DE COUVERTURE

 

Un camp de concentration français pendant la Première Guerre mondiale, le mot n'est-il pas trop fort ? C'est cependant le terme qui convient depuis la fin du XIXe siècle, inventé par les Espagnols lors de leur guerre contre crestCuba, et repris par les Anglais pour la guerre des

Boers.

À Crest, au cœur de la Drôme, ont été internés dans un ancien couvent les Tsiganes alsaciens-lorrains que le début de la Grande Guerre a déplacés et regroupés.

Les conditions matérielles de leur internement sont dures, mais non insoutenables, et, pendant quatre longues années - de 1915 à 1919, bien après l'armistice - se met en place une administration qui doit gérer la vie quotidienne - surveillance, hygiène, école, travail -, tandis que se multiplient les formes de résistance, dont témoignent les correspondances entre familles ou avec l'administration, et les plaintes de la population.

 

C'est là un dossier original, qui aborde des faits qu'on a préféré oublier, avec la rigueur de l'historien et la sympathie de l'homme pour un peuple décrié : « Qui ne ressent pas profondément ne comprend pas ».

 

Emmanuel Filhol, maître de conférences à l'université de Bordeaux I, a consacré de nombreux articles et ouvrages à l'histoire des Tsiganes.

 

 

SOMMAIRE

 

Introduction

Tsiganes en Dauphiné: de l'hospitalité à la répression

« Alsaciens-Lorrains romanichels »

Les archives des camps

 

Un camp d'internement pour les Tsiganes

 

Avant Crest

Brignoles

Saint-Maximin

Le dépôt de Crest

Brève histoire du couvent des capucins

L’arrivée des Alsaciens-Lorrains

L’internement des« Alsaciens-Lorrains romanichels »

Organisation générale du dépôt surveillé

Bâtiment

Les internés

Administrer

Autorité civile et autorité militaire

Le directeur du camp

Correspondance entre les familles

Une mère désespérée

Gestion économique

Les travaux d'aménagement

Le couchage

La question du chauffage

L'alimentation

 

Aspects de l'internement

 

Un univers sous surveillance

Des murs, des barbelés, des règlements

Les sorties et les visites

Censure du courrier

Punitions

La vie quotidienne au camp

Naissances

Les maladies

La mortalité

Relations conflictuelles

L'école et l'éducation religieuse

La création d'une classe pour les enfants romanichels

Le catéchisme

Le travail

À 1. m. du dépôt

Ceux qui travaillent au dehors

Réglementation

 

Subir, résister

  

Témoignages d'internés tsiganes

Supplique pour être délivré

Transferts et libérations

Familles tsiganes transférées vers d'autres camps

De la liberté conditionnelle à l'obtention de la « carte tricolore »

La liste proposée à la Commission médicale franco-suisse

Les rapatriables des accords de Berne

L'attitude de la population

Plaintes

Commentaires de la presse

Un arrêté municipal coercitif

Résistances et répressions

Des cas de rébellion

Les évasions

Recherches

 

Conclusion

 

 

 


Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)