lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

01.01.11

NiqaBitch

Ces jeunes femmes NiqaBitch se sont promenées dans Paris les jambes nues et un tchador sur le haut.

Voici une façon spirituelle et amusante de se moquer du racisme laïcard qui utilise la question du voile dans le but de discriminer et plonger dans l’opprobre les communautés issues de l’immigration.

Il y a en France un excès de laïcité et de nationalisme.

NiqaBitch explique sa démarche dans un texte déniché sur internet et que voici.

 

 

Minishort et niqab : balade de « niqabitch » dans Paris

Par NiqaBitch | Webactivistes | 30/09/2010 | 12H04

 

Nous avons toutes les deux une petite vingtaine d'années, et bien que l'une de nous soit musulmane, nous ne nous sentons pas directement concernées par le vote de la loi anti-burqa (bien que « niqab » soit plus approprié).

Nous avons néanmoins senti le besoin de nous exprimer sur le sujet. On a toujours trouvé cette loi un peu floue, et même s'il est difficile d'avoir un avis tranché sur la question, elle a au moins eu l'avantage de nous faire réfléchir.

Nous n'avons certes pas monté d'association, ni manifesté notre réticence à cette loi en défilant dans les rues, mais plutôt fait le choix de détourner la représentation classique que l'on a du niqab.

Mettre une simple burqa aurait été trop simple. Alors on s'est posé la question : comment réagiraient les autorités face à des femmes portant une burqa ET un minishort ?

On ne cherchait pas à attaquer ou à dégrader l'image des intégristes musulmans -chacun son trip. Mais plutôt à interpeller les élus de la République qui sont allés au bout du vote de cette loi que l'on estime être largement anticonstitutionnelle… Et puis finalement, le LOL c'est bien pour dénoncer non ? (Voir la vidéo)

Malheureusement, notre promenade dans le quartier des ministères ne nous a fait croiser aucune superstar de la politique nationale, mais on a bien rigolé.

Les citoyens, eux, ont l'air d'apprécier le look ; les policiers sont mi-gênés, mi-enthousiastes ; les pompiers nous klaxonnent… Finalement tout irait bien si le gouvernement s'imprégnait de l'état d'esprit de la rue !

En ces temps troublés, cette loi a légèrement été mise de côté. Eric Woerth et ses acolytes nous ont un peu volé la vedette mais revenons à nos moutons, égorgés dans une baignoire et jetés avec l'eau du bain -ceux qui jusqu'au début de l'été ont fait couler de l'encre et des pixels.

 

Dark Vador et la liberté d'expression

Autant le dire franchement, se couvrir le visage, prendre l'apparence de Dark Vador au nom de l'islam et de ses préceptes… on ne comprend pas vraiment !

Nous avons ouï dire que la République était un espace de libre expression dans lequel chacun pouvait choisir de s'habiller et de pratiquer sa religion comme il l'entend, tant qu'il ne force personne à adhérer à ses convictions.

Alors qu'on nous explique de quel droit cette femme en niqab croisée hier dans le métro n'aura plus le droit de circuler dans l'espace public au printemps 2011 ? Cette loi est absurde (et semble difficilement applicable) !

Les policiers eux-mêmes sont clairement opposés à cette loi qui ne fera qu'augmenter les tensions sociales dans des quartiers qui pourraient s'en passer.

 

Hypocrisie des politiques

L'aspect du débat qui nous a le plus interpellé, au-delà de l'injustice qui se dégage de cette loi, c'est l'hypocrisie des hommes politiques français qui agitent le sacro-saint drapeau féministe sous prétexte de défendre ces pauvres femmes voilées de force par leurs sauvages de maris.

C'est très sympa pour elles hein, merci ! Mais a-t-on réellement besoin d'une loi spéciale burqa pour nous rappeler qu'il est interdit de forcer un individu à faire quoi que ce soit contre son gré ? Nous dicter notre façon de nous habiller serait donc devenu le rôle de l'Etat (comme s'ils n'avaient pas d'autres chats à fouetter…)

Les amalgames de Ségolène Royal pendant sa campagne de 2007 nous semblent être une parfaite illustration du flou qui règne autour de ce débat. (Voir la vidéo)

 

Et, pourquoi est-il si rare d'entendre des réactions de femmes « niqabées » qui se couvrent par choix ?

Relire Max Weber et sa théorie du monopole de la violence physique de l'Etat sur ses citoyens nous a fait réfléchir. Bien que ce rapport de domination des institutions sur le corps soit inhérent à l'Etat moderne tel qu'on le connaît aujourd'hui, il se manifeste généralement avec plus de discrétion et en accord avec les règles en vigueur.

Mais la stigmatisation d'une communauté (en l'occurrence peu nombreuse), qui se profile avec le vote de cette loi, nous semble traduire davantage un besoin démentiel de la République de reprendre le contrôle sur le corps de ses citoyens, que l'application d'un pouvoir légitime dont dispose l'Etat.

 

Alibi sécuritaire

Au final, la seule justification « acceptable » d'une telle loi serait celle de l'enjeu sécuritaire. Il est effectivement facile de se cacher derrière une burqa pour commettre un crime. On peut penser au « niqabraquage » d'août.

Mais ces personnes auraient-elles pensé à se couvrir d'un voile plutôt que de mettre une cagoule si le débat sur la loi ne battait pas son plein à ce moment-là ?

 

 

- Voile et banlieue - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Cette loi doit être dénoncée !

    Ci-dessous, un lecteur répond à l'article.

    Elle doit être dénoncée car elle est injuste et fait le jeu de celles et ceux qui n'acceptent pas la différence, le jeu de celles et ceux aux yeux desquels la différence fait tout simplement peur.

    Elle doit être dénoncée car elle va à contre-courant de l'évolution logique de la société, une société promise à un formidable enrichissement du fait de sa multi-culturalité sans cesse croissante. De ce fait, cette loi est clairement dangereuse pour la société.

    Cette dénonciation doit impérativement aboutir à un changement structurel majeur de notre système d'éducation. Il devient en effet vital de sensibiliser la jeunesse sur l'importance de pouvoir et de vouloir vivre dans l'accueil, le respect et le partage de nos différences, seule voie de survie possible pour notre société.

    Merci donc, bien sincèrement, pour avoir eu le courage de dénoncer ce qui devait l'être ! ...

    Posté par Luc DAVIN, 02.01.11 à 17:05

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)