lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

10.10.10

"Le corps républicain doit être uniforme"

 […] Le corps républicain doit être uniforme. On le connait : étroit, compassé, mécanique, juridique, administratif, financier, scolaire, policier, c'est lui qui a inventé cette magnifique formule qui enchantait Stendhal par sa sobriété : « Tout condamné à mort aura la tête tranchée. »

 

Elle n'est plus à la mode, c'est vrai, mais le fond demeure. On pouvait espérer que ce Jospin s'en souviendrait, mais le voilà tout à coup à l'opposé, souple, ondoyant, divers, négociateur, tacticien, bref, traître. De la monarchie absolue à la république absolue, en passant par l'empire absolu, il aurait donc l'intention de nous amener en douce à une démocratie relative ? En somme, il moderniserait ?

 

Mais n'est-ce pas là brader la grandeur de la France ? La noyer dans l'Europe ? La condamner à un rôle mineur ? Déchainer les particularismes? Blesser au plus profond l'orgueil national ?

 

Le fantôme de la République sacrificielle aura été la Terreur. On s'en est débarrassé non sans mal, et tant mieux. La Révolution était un bloc, parait-il. La République devrait être maintenant un pôle. Mais de quoi ont peur, en réalité, ces républicains si bavards ? De la mondialisation ? Mais non, simplement de l'histoire mondiale. De l'« ethnicisme » ? Mais non, de la mémoire vive, incarnée, des peuples. Ils disent « République » et ils pensent « Empire ». Ils répètent leur catéchisme en langue de bois, et se sentent perdus dans le temps.

 

L'étranger les effraie force de ne pas se sentir étrangers à eux mêmes. Ils sont à contre-courant de la vie concrète, précise, misérable, joueuse, celle qu'on peut effrayer mais pas dominer, celle qui, ces temps-ci, et voilà l'avertissement majeur, boude un référendum au résultat acquis d'avance, craint comme d'habitude les réformes, s'amuse à peine des problèmes de la gauche ou du Rassemblement pour la République, et, pour tout dire, se replie et s'ennuie. Oui c'est bien cela : ennuyeux fantôme.

 

 

PHILIPPE SOLLERS

Le fantôme de la République

Le Monde 24-25 septembre 2000.


Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)