lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

14.07.10

Pakistan, arts du Gandhara, musée Guimet Paris

PARIS : Musée Guimet - Musée National des Arts Asiatiques

Exposition Pakistan, terre de rencontre, 1er-6ème siècles, les arts du Gandhara ...

 

Jusqu'au 16 août 2010

http://www.guimet.fr/IMG/pdf/guide_expo_gandhara.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gandh%C3%A2ra

 

Pour  comprendre la présence de la culture grecque et plus tard romaine au nord du Pakistan, on se servira des explications données par Jean-Paul Roux, L’Asie Centrale, histoire et civilisations,Fayard 1997.


Page 71 et suivantes.

Alexandre le Grand franchit le détroit des Dardanelles pour faire la conquête de l’empire perse.

Il y avait déjà de nombreux Grecs installés dans cet empire. Souvenons-nous de l’expédition de Xénophon et des Dix Mille.  D’autre part une charte de fondation trouvée dans le palais de Darius à Suse mentionne des sculpteurs ioniens et lydiens. Il y avait des Milésiens en Bactriane.

En avril – 329 les Grecs passent l’Hindou Kouch par la vallée du Pandjir et le col de Khawak. Ils poursuivent Bessos, prétendant à la succession de Darius et donc rival d’Alexandre. Ils arrivent épuisés à Kunduz.

Prise de Samarkande.

Les Grecs franchissent le Syr-Daria.

Accord commercial entre les Grecs et les nomades Sakas. Echange de l’or contre de la vaisselle de luxe grecque.

Alexandre passe l’hiver à Bactres.

En juin – 327 il repart vers les Indes et touche l’Indus. Demi-tour de l’expédition, fin de la conquête.

Finalement Alexandre a fondé trois villes en Asie Centrale : Begram, Termez et Léninabad.

Il laisse en Asie des colons grecs. Arrivée de commerçants et artisans. Construction de routes.

La langue grecque sera longtemps une des langues officielles des royaumes indobactriens. Les élites orientales seront invitées en Occident.

Ce royaume indobactrien fut fondé vers – 250 à Bactres.  En – 170 il s’étend de Léninabad à l’embouchure de l’Indus. Il se disloque vers – 167.

Fouilles archéologiques :

Ruines de  Aï Khanum, en Uzbékistan afghan, ville édifiée entre la fin du IVe s. et le milieu du IIe s. av. J.-C. On y a trouvé de nombreuses influences grecques : une acropole et sa ville basse, un plan quadrillé, des monuments tels que palestre, gymnase, théâtre, des statues hellénistiques, une plaque représenat Cybèle. Par contre les murs sont en briques, matériau local, et non en pierres. On a trouvé des mosaïques, des salles d’eau. Le philosophe grec Cléon de Soloï vint y enseigner.

La ville de Surkh Kotal, au nord de Kabul, avait peut-être également reçu une influence grecque. 

 

Notes sur l'exposition


La période hellénistique qui un moment avait disparu des programmes d’histoire en 6me fait son retour et tant mieux. Belle période de métissage culturel entre la Grèce et l’Orient. Un exemple pour aujourd’hui.

Situé au nord-ouest du Pakistan, non loin de la Route de la Soie, le Gandhara est une terre de rencontres entre les influences indiennes, grecques, romaines et l’art des steppes d’Asie centrale.


Moustaches des personnages : influence perse

Pilastres à chapiteaux néo-corinthiens, robes plissées, licteurs romains : influence méditerranéenne.

Statue de Pançika, génie des richesses, culte populaire en Inde.

Bas-relief : Le Boudha Vajrapani, représenté à la romaine, avec une robe plissée, un licteur romain à côté et un début de perspective. Vajrapani est rarement représenté, sauf justement au Gandhara.

Un Bodisattwa enseignant. Ce sont des entités sur la voie de l’éveil qui remettent à plus tard leur salut personnel pour venir en aide aux créatures vivantes.

Les Stupas sont des sortes de chapelles (ou de marabout) en forme d’œuf. On y entreposait les reliques du Boudha. Mais ils existaient déjà du temps de la religion védique. On y fait des offrandes, on en fait le tour. Ils ont toujours été agrandis et modifiés.

 

Le Ghandara est ravagé par les Huns Blancs au Ve siècle par J.-C. Pourtant au VIIe l’activité des monastères est encore vivante.

Le Chinois Xuanzang écrit au VIIe s. : « Au Gandhara […] le caractère des gens est doux et réservé. Ils adorent la littérature. […] Depuis l’ancien temps jusqu’à nos jours, ce pays voisin de l’Inde a donné naissance à de nombreux auteurs de soutras ». Les soustras ou sutras sont des livres sacrés.


Par la suite l’islam arrive dans la région.


Commentaires

    Le Gandhara et l'hellénisation voulue par Alexandre

    Ci-dessous, un lecteur répond à l'article.

    L’art du Gandhara, par sa fusion des styles et son grand amour de la vie, est une belle réplique à Aristote pour qui il y avait une incompatibilité de nature entre Grecs et Barbares. Cet art du Gandhara incarne et prolonge aussi le rêve d’Alexandre, l'hellénisation de l’Empire perse :

    http://www.villemagne.net/site_fr/alexandre-le-grand-hellenisation.php

    Posté par Iskander, 23.11.10 à 22:59

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)