lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

27.03.10

Un professeur va être inspecté

Préparation à la visite de l’inspecteur (-trice)

Un professeur va être inspecté.

Comment doit-il se préparer ?

- Refuser l’inspection est une erreur. Je suis favorable à la suppression de l’inspection, mais avant de refuser une inspection, autrement dit avant de déclencher une guerre, il faut s’assurer que l’on est en position de force ! Si on est faible, un recul s’impose.

Si vos ennemis sont plus puissants et plus forts que vous, vous ne les attaquerez point, vous éviterez avec un grand soin ce qui peut conduire à un engagement général ; vous cacherez toujours avec une extrême attention l’état où vous vous trouverez. […]

[Si vous êtes moins fort que l’ennemi], soyez continuellement sur vos gardes, la plus petite faute serait de la dernière conséquence pour vous. Tâchez de vous mettre à l’abri, et évitez autant que vous le pourrez d’en venir aux mains avec lui (Sun Tzu).

Aujourd’hui refuser l’inspection attire les foudres de la hiérarchie et il ne faut pas compter avoir des alliés. Nous vivons dans une société conservatrice et régressive, ainsi que sous le règne de Charles X ou plus tard la période de l’Ordre moral.

- L’apparence vestimentaire n’a guère d’importance. Evitez les vêtements déchirés, salis… mais la cravate et le costard ne sont pas indispensables, le repassage non plus.

- Lire ou relire le programme avant l’inspection pour éviter the big gaffe.

- Préparer son cours assez à l’avance. Y réfléchir et faire son autocritique.

- Si on a le temps, donner et corriger un contrôle avant l’inspection. Cela « fera style » comme disent les jeunes. Noter généreusement (c’est la mode) et faire des commentaires détaillés et encourageants.

- Inutile d’avertir à l’avance les élèves. Cela ne les regarde pas. En général ils s’en aperçoivent, sont intimidés et se montrent corrects même si d’habitude ils sont indisciplinés.

- L’utilisation de l’informatique et des documents sera bien vue, idem mode. Ne pas abuser des documents. Utiliser un peu le manuel. Bonne tenue des cahiers : mise page, souligner les titres…

- Annoncer clairement aux élèves l’objet du cours. Donner une « problématique ». Bien ordonner son bureau pour ne pas s’embrouiller quand on cherche une feuille, une craie etc.

- Parler d’une voix forte.

- Dialoguer avec les élèves. Ne pas soliloquer.

- Ne pas rester scotché à son bureau, se promener dans les rangées, jeter un regard rapide sur quelques cahiers.

- Surveiller sa montre sans pour autant avoir les yeux constamment fixés sur elle.

- Lors de l’entretien, éviter de se plaindre, de critiquer l’Educ-Nat ou l’établissement. Les inspecteurs ont horreur des profs dotés d’esprit critique. Poser des questions à l’inspecteur : je n’ai pas bien compris tel ou tel point du programme. Ne pas chercher à se défendre quand l’inspecteur vous critique. Admettre les critiques (ou faire semblant). Rester silencieux, même on pense que l’inspecteur se trompe. Inutile de lui expliquer qu’il est maniaque. Autant parler à un mur.

Ceci dit, il arrive que l’inspecteur soit bienveillant. Ne pas être trop confiant quand même…

Après l’inspection, inutile de se faire du mouron. Ceci n’a guère d’importance. Ce n’est qu’un rituel.

En parler avec les collègues.

Aller au restaurant le soir pour se changer les idées.


Commentaires

    Oui.

    Ci-dessous, un lecteur répond à l'article.

    Il faut en effet se méfier du début de l'entretien : je me souviens il y a un moment déjà d'un entretien qui avait commencé sur un ton plutôt normal, posé. Quand soudain on touche un point sensible. L'inspecteur en question a justement rédigé cette partie du programme et manque de chance, on ne l'a pas abordé de la façon souhaitée (après on reparlera de liberté pédagogique). C'est alors que j'ai eu la très désagréable impression d'avoir posé le pied sur une mine. Il s'énerve, me menace de sanctions (un vrai coup de massue que cette violence verbale). Moi, je ferme les écoutilles et j'oscille la tête de haut en bas toutes les trois secondes, en attendant qu'il s'apaise un peu. Bref il a indiqué qu'il y avait "des points intéressants dans ma démarche" cinq minutes avant la fin de l'entretien, mais j'ignore encore aujourd'hui à quoi il faisait référence. Ca reste un souvenir terrible pour moi (des nuits assez difficiles pendant plusieurs mois), et il faut espérer une vraie évolution de l'inspection.

    Posté par Taenia solium, 06.06.12 à 15:27

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)