lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

31.05.09

Débat sur la violence

   

d_bat

Hiver 2008-2009, notre lycée ZEP a été victimes de violences. J’ai cours avec une 1ère ST2S de filles sympas. Des anges.blinkie_024_06

Je transforme une heure d’histoire en éducation civique. J’explique aux élèves que la violence est inadmissible, qu’il faut se respecter, que nous sommes là pour les aider à acquérir des connaissances, que nous sommes à leur service etc. Puis je leur demande de réagir par écrit. Le but ne consistait pas à trouver des idées géniales mais à passer par l’écrit pour remplacer la pulsion par la raison.

1 ère question : à votre avis quels sont les problèmes du lycée ?

Beaucoup parlent de la cantine qui ne serait « pas bonne ». Cela fait presque trente ans que j’entends les élèves se plaindre de la cantine, c’est un discours qui exprime autre chose et auquel il ne faut pas accorder une grande importance. Les élèves ajoutent, ce qui paraît plus intéressant, qu’ils manquent de temps pour manger, qu’ils attendent longtemps devant l’entrée de la cantine.

Les élèves trouvent aussi que les récréations et les interclasses sont trop courts. Je dirais plutôt qu’un cours de 55 mn c’est trop long pour eux.

D’autres évoquent les violences. Elles déplorent les "bagares".

Beaucoup se plaignent du mauvais état des locaux. 

Une élève dit : "Le lycée est mal exposé. Il est trop proche de la route. Il est peut-être un peu vieux, dans un style qui déplait aux élèves ce qui peut leur donner envie de le détériorer encore plus. Dans ce lycée il y a beaucoup trop d'élèves, cela peut entraîner du bruit dans les couloirs [...]. Le lycée est trop grand."

Une autre : "dans le foyer, la salle est dégradée (murs tagués)". "Les locaux où nous travaillons sont insupportables, il faudrait toute la rénovation". EIles réclament davantage de surveillants.

"Il y a trop d'heures de cours".

"Il n'y pas assez de sorties et de voyages".

"Il n'y pas assez de place pour les élèves qui n'ont pas cours" (elle veut dire : pas de salles d’étude ? pas de cafétéria ?).

2 ème question : quelles sont les solutions ?

Beaucoup souhaitent l'installation de caméras vidéo. Par exemple : « franchement, je souhaite qu’il y est des caméras ».Une élève a une idée précise : « il faudrait les placer au-dessus du grillage vert ». Une élève n’est pas d’accord: « il ne faut peut-être pas mettre des caméras car elles pourraient être enlevées ou arracher rapidement ».

Une autre : "embauché plus de surveillants. Réaménagez la rue devant le lycée [...]. Mettre plus de police avec des tasers et que c'est individus soit arrêtés et viré du lycée. Il faudrait plus encadré". Une autre : « il faudrait mettre (dans l’évidence) des policiers en civil devant le lycée ». Une autre : pour la Police, sa sert à quelque chose. Pour l’extérieur du lycée, à la sortie, il faudrait une voiture de police. […] Dans la cour il faudrait des surveillants». « Rajouter des surveillants » est-il écrit sur une autre feuille. Une autre : « la police devrait passer régulièrement». Plusieurs invoquent plus sobrement la nécessaire sécurité.

Une élève s’oppose aux sanctions professorales englobant élèves coupables et innocents.

D’autres mettent l’accent sur la rénovation des locaux. Une élève écrit : « il faut refaire entièrement le lycée mais l’améliorer au niveau des matériaux. Il faudrait peut-être l’insonoriser car pendant les cours nous entendons du bruit dans les couloirs ».

Une autre demande que la mairie paie des voyages aux classes du lycée. Elle demande aussi qu’il n’y ait plus cours le samedi et le mercredi.

Mon commentaire.

- Les caméras, ce n'est pas si efficace que cela.       

- Des rondes de police ? Attention. Beaucoup de jeunes coqs surexcités ne rêvent que de bagarres. Ne leur en fournissons pas l’occasion.

-  Davantage de surveillants ? sans aucun doute. Il faudrait aussi les former et bien définir leur mission. La gestion des retards et absences n’a guère d’intérêt. On brasse des paperasses. Par contre, faire des rondes dans les couloirs paraît plus utile.

-  La rénovation des locaux semble essentielle. Ce lycée ZEP fait penser à la Tchétchénie. Un autre lycée, assez proche, le lycée Corneille, fait l’objet d’une rénovation, alors que sa population scolaire est essentiellement bourgeoise. Deux poids, deux mesures ? Selon que vous serez puissants ou misérables…

-  Davantage d’exclusions ?


Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)