lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

26.04.09

Que dit vraiment le Coran, Al Ajamir

QUE DIT VRAIMENT LE CORAN

Dr Al Ajamir

Théologien spécialiste du Coran

Srbs éditions, 2008


NOTE DE LECTURE

 

Je ne connais rien de cet auteur. A le lire, il semble ni spécialement moderne ou audacieux, mais pas spécialement conservateur non plus. Ni l’un, ni l’autre. Il s’efforce de lire et interpréter avec rigueur un texte très complexe.

Je n’ai lu qu’un seul passage du livre, celui sur le voile.

 

Page 87 : le voile

 

Le voile est cité six fois dans le Coran. Le Coran le considère comme une question de pudeur.

 

Dans les versets parlant de ce que nous traduisons par le mot français « voile », le Coran fait allusion à deux vêtements très précis de l’Arabie du VIIe siècle :

- Le djilhab (ne pas confondre avec djihad ou hijab), un vêtement ample, ouvert sur le devant, pouvant servir de manteau.

- Le khimmar qui couvre les épaules et la tête est une sorte de fichu.

 

Dans la sourate 33, versets 32-33, les femmes de la famille du Prophète doivent porter le voile pour montrer l’exemple parce que leur situation n’est pas celle du commun des mortels. En tant que femmes ou filles d’un homme public, dans une ville où des communautés s’affrontent, où l’islam est encore balbutiant et mal assuré de son avenir, ces femmes sont exposées à des regards et à des agressions qu’ignorent les femmes des simples musulmans de base. Il est donc ici question de conflits politiques d’une autre époque qsue la nôtre.

 

En 33-53 il est question du hijab : mais c’est un rideau de porte protégeant l’intimité du Prophète contre les intrusions des visiteurs. Si le hijab est ici évoqué, c’est uniquement en fonction du contexte, l’affluence qui règne dans cette maison rendant difficiles la méditation et la concentration religieuses. Dans des conditions normales, se retirer à l’abri d’une tenture ne serait pas utile. Il est donc impératif de tenir compte du contexte pour comprendre et interpréter un verset coranique.

 

En 33-59 il est conseillé aux femmes de rabattre sur elles les deux pans de leurs larges habits. Il est donc recommandé de s’habiller correctement, de ne pas adopter des tenues « sexys » et provocantes, de ne pas exposer sa poitrine au tout-venant. Ce verset fait allusion à un vêtement très précis, le djilhab. Le verset ne parle pas de la tenue féminine en général, dans tous les pays et à toutes les époques. Encore une fois, il faut tenir compte du contexte de chaque verset.

 

Dans la sourate 24, versets 30-31, il est recommandé aux femmes de couvrir d’étoffes l’échancrure de leur poitrine. Ce verset aussi fait allusion au djilhab.

 

Autrement dit, aucun verset n’impose un voile précis, un tchador, une burka, un hijab etc. Nulle part la forme, la longueur et la couleur de ce voile ne sont imposés.

 

Derrière le sens apparent des versets, il faut apercevoir le véritable sens : il est uniquement question de protéger la pudeur féminine quand celle-ci est menacée. Protéger la pudeur peut se faire de différentes façons en fonction du contexte. Toujours tenir compte du contexte.

Le voile n’est ni obligatoire, ni interdit par ce texte religieux.

 

Quelles idées à retenir pour les élèves musulmanes en France ? Le voile n’est nullement obligatoire. Ce qui est obligatoire, c’est la pudeur. Ce n’est pas pareil. Ne pas confondre.

Le Coran interdit indiscutablement le port de shorts moulants ou de décolletés plongeants. C’est certain ! Mais on peut rester une bonne musulmane sans porter le voile.

 

- Coran et histoire - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)