lycée banlieue culture

Le Savoir pour s'ouvrir, comprendre, regarder. Histoire, musées, lycées, actualité, cours, documents, géographie, conseils pour le bac, améliorer le système scolaire, pédagogie, Judaïsme. Christianisme. Islam. Migrations. Expositions. Livres

18.12.07

Les goumiers marocains

Les goumiers, troupes marocaines de cavaliers,  employées pendant la guerre de 1914-1918.

Illustration extraite de La Guerre documentée 1914-1918, n° 9, page 144. Magazine paru à l’époque. Archives privées.

goumiers

Je présente quelquefois cette photo à mes élèves des banlieues sensibles. Cela les intéresse fortement. Toutefois il faut recadrer. Le sentiment d’une injustice vécue par les ancêtres tend parfois à créer une sorte de mythe qui déforme la réalité historique. Le professeur doit donc rester précis.

Et surtout, ces élèves ont d'autres priorités que la mémoire historique : leurs amours, les notes du prof de maths, la télé, l'argent de poche etc.

Voir aussi :

http://pagesperso-orange.fr/4dmm/les_goumiers.htm

http://www.histoiredumonde.net/article.php3?id_article=1266

http://www.goum.ovh.org/indexframe.htm

http://pdbgg240.free.fr/index.php?page=goums

http://www.farac.org/php/article.php3?id_article=64

Texte

« Le bilan est donc ambigu. Le concours militaire des " coloniaux " fut un sacrifice terrible ; toutefois leur efficacité strictement militaire fut même sujette à caution et très inégale. Une bonne par­tie d'entre eux, surtout parmi les Noirs, les Asia­tiques, les Malgaches, ne participèrent d'ailleurs pas aux combats car ils furent affectés dans des formations sanitaires, dans des ateliers, dans des dépôts...

Cependant, cette participation fut indis­pensable au fur et à mesure que la métropole se vidait de son sang et elle joua un rôle décisif dans maints engagements dramatiques de la fin de la guerre, sur le front de la Marne en particulier. Elle fut aussi suffisamment importante pour enraciner pour très longtemps le mythe du " bloc franco-africain " et de la " Puissance par l'Empire ".

Le coût humain et psychologique de cette partici­pation fut considérable et il fonda tout à la fois, la revendication d'une reconnaissance et d'une pro­testation anticolonialiste ultérieure. Toutefois, à ce propos aussi se créèrent des mythes, en particu­lier celui de la " chair à canon ". La morale n'y peut rien. Les pertes des combattants coloniaux, ne furent pas plus élevées, et même inférieures, à celles des " poilus " de l'infanterie métropolitaine. Dans l'horreur de la Grande Guerre, les uns et les autres partagèrent également leurs parts de souf­frances et de mort. »

Marc Michel , « Immigrés malgré eux » : soldats et travailleurs coloniaux en France pendant la Première Guerre Mondiale,

in Historiens et géographes n° 384, page 341

- Europe 1914-1918 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire







 

Remonter (pour la page suivante, cf + haut)